Google Analytics, quelles sont les limites de la solution?

Platon et Aristote pour showme your data

Pourquoi Google Analyics n’est pas le meilleur outil de tracking? Quelles sont ses limites? Beaucoup d’utilisateurs de solutions Web Analytiques vous diront que Google Analytics est le meilleur outil de tracking du marché … FAUX.

Vous connaissez sans doute les forces de l’outil, la qualité de son interface et exploitez au mieux les fonctionnalités de base mais il existe quelques failles méconnues qui peuvent s’avérer bloquantes pour une exploitation avancée des données. Quelques exemples :

L’agrégation des données

Afin de traiter des quantités importantes de données dans GA, Google agrège les données plutôt que de faire appel à des données brutes. En d’autres termes, les données sont agrégées sous forme d’échantillon de données ce qui dans certains cas peut s’avérer bloquant et donner des résultats incohérents. En effet, au-delà de 500 000 visites traitées dans un rapport, même si ce rapport n’affiche pas ces 500 000 visites, les données affichées dans les rapports peuvent présenter des incohérences en présentant des échantillons de données. Exemple : un rapport présentant les sources de trafic sur un échantillon de 30% des visites est-il fiable?

Limite de collecte des données

Au-delà de 10 millions d’appels serveurs (à chaque fois qu’une mesure est envoyée à GA), la collecte des données ne peut être garantie, encore une fois les données ne seront plus fiables, impensable pour un site à forte volumétrie mais c’est pour cette raison précise entre autres que les eCommerçants utilisent une solution payante.

L’intégration de données externes est impossible

Si vous souhaitez enrichir vos rapports de données externes (techniques connues sous les noms de SAINT, Data Look Up ou Translation files selon les éditeurs), par exemple pour classifier vos campagnes, catégoriser vos produits ou segmenter sur vos clients authentifiés selon des critères CRM, là encore Google Analytics ne permet pas de le faire. Il faudra nécessairement exporter vos données pour les retraiter mais dans ce cas l’export GA présente des limites.

Exports de données limités

Il est possible via l’API d’extraire des rapports inférieurs à 10 000 lignes, donc là encore cela peut s’avérer bloquant pour automatiser le traitement des keywords de la longue traine ou créer des rapports avancés dans Excel par exemple. En revanche l’export CSV sera possible jusqu’à 50 000 lignes.

Calculs du taux de conversion par produits ou catégories de produits limités

Nativement, Google Analytics ne permet pas le calcul du taux de conversion par produit car la corrélation des produits commandés et des visites associées n’est pas possible nativement. Néanmoins, le calcul du taux de conversion par produit ou catégories de produits est réalisable via l’export de données et une implémentation spécifique.

Customisation de l’implémentation

Si vous souhaitez ajouter des variables personnalisées pour tracker les visiteurs connectés ou agréger des pages par catégories par exemple, GA vous laissera seulement exploiter 5 sets de variables customs. Cette implémentation custom n’est pas toujours utilisée et les sociétés exploitant réellement ces variables sont souvent clientes de solutions payantes.

En conclusion, la puissance, la qualité et la simplicité d’utilisation de Google Analytics n’est absolument pas remise en cause car pour un outil gratuit, GA présente sans conteste le meilleur rapport qualité/prix. En revanche, il est indispensable de bien connaitre ses limites pour s’assurer que l’outil répondra à vos attentes actuelles mais aussi futures. Google Analytics dans sa version Premium vient corriger quelques failles , notamment : le traitement jusqu’à 1 milliard de hits par mois, les données non agrégées, l’export jusqu’à 2 millions de lignes, l’utilisation jusqu’à 50 variables customs et un SLA de collecte à 99,9%. Néanmoins, ces nouvelles possibilités à 150 000$ par an méritent d’être réellement comparées aux autres outils du marché.

1 commentaire
    Laisser une réponse